Présentation

L'Abbaye Royale de Fontevraud vue d'ensemble

Le think tank de Fontevraud : « Penser et agir ensemble »

L’Abbaye de Fontevraud est un lieu inspirant ancré dans un passé prestigieux. Imaginée comme « Cité idéale » par son fondateur Robert d’Arbrissel, l’Abbaye Royale de Fontevraud est porteuse depuis son origine d’une attention particulière au « vivre ensemble ».
C’est donc tout naturellement le lieu choisi pour installer un espace de réflexion sur l’action commune de demain, que cette action soit conduite par des institutions (collectivités locales, Etat, école…), la société civile, des entreprises, ou qu’elle soit le résultat de la mobilisation conjointe de ces différents acteurs incontournables de la vie sociale.
Jacques Auxiette, Président de la Région des Pays de la Loire, et Michel Piron, Député de Maine-et-Loire, initiateurs de ce think tank, se retrouvent autour d’un même questionnement que leur expérience leur a donné à voir : Qu’est-ce que l’intérêt général aujourd’hui ? Comment le faire émerger ? De quelle manière le mettre en œuvre ?

 

Portrait de Jacques AuxietteJacques Auxiette, Président de la Région des Pays de la Loire

« Intervenant dans un contexte de réforme territoriale, la philosophie de ce think tank a néanmoins pour ambition de se départir des seules questions institutionnelles pour repenser plus globalement les transformations de l’autorité, de la légitimité, de la citoyenneté et de l’Etat de droit. »

 

Comment construire demain ?

Avec les acteurs…

Place des élus, des citoyens, des experts, des partenaires… autant de questions sous-jacentes à l’installation de ce think tank, quand les autorités traditionnelles, celle du décideur public (élu et fonctionnaire), de l’enseignant, du chef d’entreprise, n’apparaissent plus comme incontestables.
En particulier les élus font face à de multiples formes de contestations, de leurs décisions comme de leur rôle de représentants. Cette expression des citoyens s’incarne notamment à chaque élection dans l’abstention, mais également par le biais de formes radicales de mobilisation, notamment sur des grands projets d’aménagement.
Ce qui questionne le fonctionnement même de la démocratie représentative, et conduit à l’émergence de formes de démocratie participative dans les différentes sphères d’action collective.

…sur des enjeux d’une ampleur inédite

Les défis économiques, sociaux, environnementaux auxquels sont confrontées nos sociétés démocratiques contemporaines mêlent à la fois des considérations de court terme et des enjeux de long terme fondés sur la notion de développement durable.
Les frontières entre ce qui relève du public et ce qui relève du privé, entre l’action institutionnelle et l’initiative citoyenne, qu’elle soit isolée ou organisée, s’en trouvent par là-même brouillées, alors même que les formes d’engagement citoyen ont beaucoup évolué, prenant les contours de mobilisations plus ponctuelles, ciblées et concrètes.

 

Une réflexion ouverte sur la société civile

Portrait de Michel Piron

Michel Piron, Député de Maine-et-Loire

« Si notre réflexion porte sur l’action publique et l’intérêt général, elle doit au moins déboucher sur la question : « comment passer à l’acte » ? Nos travaux ne doivent pas se cantonner à des réflexions d’élus ou d’universitaires.
Nous avons besoin du concours de ceux qui s’investissent au quotidien dans le champ public, que leur action soit privée ou publique. »

L’action publique est multiple, elle n’est pas le seul fait des hommes et des femmes politiques. Faire société ne relève pas uniquement de la responsabilité des décideurs publics : c’est une aventure collective et quotidienne qui se décline au sein de lieux dédiés, à commencer par l’école et l’entreprise. C’est pourquoi, ce think tank ouvert à tous se donne pour objectif de construire des propositions concrètes, directement connectées à des préoccupations de terrain.

Un think tank pour agir

Participation des citoyens et des acteurs de terrain à la définition et à la mise en œuvre des politiques publiques, co-construction de l’action publique, nouveaux modes de financement de l’action publique (financement participatif, budget participatif, mécénat…), démocratie numérique, ouverture des institutions à leur environnement, pédagogie éducative, éducation à la citoyenneté, construction de parcours citoyens, transmission et partage de valeurs communes, transparence, exemplarité, accès à l’information… autant de sujets explorés par les groupes de travail, dont les travaux seront présentés à l’occasion du colloque public du 5 juin.